Propreté : comment y parvenir


Lorsque je donne des cours de maternelle à des clients qui viennent de se procurer leur nouveau chiot, leur première préoccupation est que ce dernier soit propre le plus rapidement possible. Cette étape de vie de votre chiot est cependant tout à fait normale, et l’apprentissage se fait plus facilement pour certains et plus lentement pour d’autres. L’important est de rester constant dans votre méthode, afin d’obtenir les résultats escomptés. Si cela prend plus de temps que prévu, n’hésitez pas à demander conseil à un spécialiste, qui saura évaluer votre méthode actuelle et vous en proposer une autre susceptible d’avoir plus de succès. De plus, même si cette période transitoire vous cause des inconvénients, consolez-vous en vous disant qu’elle s’achèvera plus rapidement que le nombre de couches que vous changez ou avez changées sur votre poupon.

Premières étapes

La première étape pour atteindre votre objectif est d’établir une routine pour les repas de votre chiot. Un repas le matin et un repas le soir sont en ce sens tout à fait indiqués pour une bonne croissance en déterminant dès le départ les heures précises des repas. Respectez cet horaire tant la semaine que la fin de semaine.

Pour les quantités de nourriture, fiez-vous à celle proposée par la marque de commerce que vous avez choisie en fonction de l’âge et du poids de votre chien. Une fois son repas terminé, que son bol soit vide ou plein, retirez-le et remettez-le lui seulement à l’heure de son prochain repas. Il comprendra très vite qu’il doit s’alimenter à heures fixes.

La plupart des chiens voudront faire leurs besoins 15 à 20 minutes après avoir mangé, après une période de repos ou après une période de jeu. C’est le moment de sortir avec Fido et de l’habituer à faire ses besoins à l’extérieur. Pendant cette période d’apprentissage, n’oubliez pas de le récompenser soit avec une friandise ou par une caresse et un ton de voix chaleureux. Il comprendra qu’il a bien fait et voudra continuer à vous faire plaisir en retournant faire ses besoins à l’extérieur.

Si jamais votre chien persiste à faire ses besoins dans la maison,

analysez vos habitudes :

  • Est-ce que vous lui donnez ses repas à heures fixes ?

  • Est-ce que vous le sortez régulièrement après chaque repas, ainsi qu’une fois avant le dodo, le matin avant le repas ou après une période de jeu ou de repos ?

  • Est-ce qu’il a accès à de l’eau à volonté ? Si c’est le cas, donnez-lui de l’eau uniquement en même temps que ses repas. Certains chiens ont une tendance à boire beaucoup trop d’eau. Ne vous inquiétez pas, il faut plus de 48 heures sans eau avant que votre chien soit déshydraté.

  • A-t-il des friandises ou des gâteries entre les repas ? Si c’est le cas, éliminez-les pendant un certain temps.

  • Observez-vous des signes avant-coureurs chez votre animal comme le fait de le voir se promener en rond dans la maison en reniflant le sol ?

  • Avez-vous tendance à ramasser ses dégâts devant lui ? Si oui, sortez le chien de la pièce avant de les ramasser, sinon il risque d’associer cela à un jeu et de continuer à faire ses besoins à cet endroit.

  • Avec quels produits nettoyez-vous les dégâts ? Il faut toujours prendre de l’eau chaude et du vinaigre blanc pour ce faire, car les autres produits ménagers contiennent souvent de l’ammoniac, ce qui fait ressortir davantage l’odeur de l’urine du chien… et l’incite aussi à faire ses besoins toujours au même endroit.

CONSEIL

L’apprentissage de la propreté requiert de la patience de la part du propriétaire. Corriger votre chien plusieurs minutes ou heures après que le mal est fait ne vous servira à rien. Le chien ne fera pas l’association avec ce qu’il a fait, mais verra plutôt un maître fâché sans raison et prendra un air piteux face à votre colère, afin de vous montrer sa soumission. Par contre, si vous avez la chance de le prendre sur le fait, profitez-en pour le réprimander en lui disant un « Non » ferme et en le sortant à l’extérieur. Évitez d’utiliser la violence ou de mettre son museau dans son urine ou ses excréments, cela n’aidera en rien à son apprentissage et ne fera que lui transmettre des bactéries.

La méthode de la cage

Contrairement aux époques où vivaient nos grands-parents ou arrière-grands-parents, au cours desquelles la place du chien de famille était à l’extérieur de la maison, ce dernier est aujourd’hui devenu un membre à part entière de la maisonnée. La plupart du temps, notre chien partage notre maison, nos divans, notre lit, nos périodes de repas, nos périodes de repos et même nos périodes de vacances. Par contre, notre rythme de vie effréné entre le travail, les enfants, les tâches ménagères et l’épicerie fait en sorte que nous accordons quotidiennement de moins en moins de temps à notre nouvel ami. La méthode de la cage permet donc aux familles débordées de pallier certains problèmes liés à la propreté ou de retrouver leur divan ou leurs coussins déchirés en mille morceaux lors du retour à la maison.

Si la cage peut devenir un accessoire indispensable pour certains, encore faut-il l’utiliser adéquatement et ne pas exagérer le nombre d’heures quotidiennes que votre chien y passera. Pour certains, la cage a une connotation négative, voire de maltraitance. Il ne faut pas voir cela sous cet angle, mais plutôt comprendre que votre chien, tout comme vous, a droit à un espace confortable et douillet. Alors, dites-vous que c’est sa petite chambre, sa tanière, sa niche, un endroit bien à lui où il peut être tranquille et en sécurité.

Comment rendre la cage positive
  • Premièrement, ne jamais utiliser la cage pour réprimander ou corriger votre chien. Vous ne créeriez qu’une mauvaise association dans sa tête. Si vous l’habituez par contre dès son plus jeune âge à passer du temps dans sa cage, que ce soit pendant la journée ou pour ses dodos, il comprendra très vite que cet endroit est un lieu reposant et sécurisant. À l’inverse, si dès le départ vous avez des réticences à utiliser cet accessoire, vous transmettrez à votre chien votre sentiment négatif, ce qui n’aidera pas son apprentissage.

  • Si votre chiot est réticent à entrer dans sa cage, n’utilisez pas la force pour l’obliger à le faire. Utilisez plutôt la récompense positive, afin de rendre cela plus agréable pour lui. Par exemple, faites-lui renifler sa gâterie préférée et mettez-la au fond de sa cage. Puis, laissez-le entrer dans la cage par lui-même pour manger sa friandise sans refermer la porte derrière lui. Répétez cette manœuvre plusieurs fois par jour jusqu’au moment où votre chien entrera dans la cage sans hésitation. Cette étape peut être très rapide si vous répétez l’exercice régulièrement au cours de la journée, et ce, plusieurs jours d’affilée. Une fois que votre chiot n’hésitera plus pour entrer dans sa cage, refermez la porte quelques minutes et laissez-le tranquille tout en restant dans la même pièce. Évitez de lui parler à ce stade et faites autre chose. S’il réagit bien, sans rechigner, sortez-le en le félicitant pour lui montrer qu’il n’est pas emprisonné. Graduellement, vous pourrez ainsi augmenter le temps qu’il passera dans sa cage en sortant de la pièce ou même de la maison.

  • Si votre chien rechigne ou jappe lorsqu’il est dans sa cage, ignorez-le. Dites-vous qu’aussitôt que vous lui parlez, le regardez ou le caressez, vous venez de perdre… et lui de gagner, puisqu’il a eu ce qu’il voulait, c’est-à-dire de l’attention.

  • Si jamais votre chien est trop excité et devient insupportable, ou si vous sentez que votre patience atteint ses limites, je vous suggère de prendre trois grandes respirations pour faire descendre la pression. Ensuite, invitez calmement votre chien à entrer dans sa cage pour y passer quelques heures, le temps d’accomplir vos tâches ménagères ou autres. Utiliser la violence ou se fâcher après lui en le rentrant de force dans sa cage n’aidera en effet en rien votre cause et ne fera pas de vous un Leader calme.

  • Faites en sorte que votre chien ne passe pas plus de huit heures par jour dans sa cage pendant la journée comme la nuit. Un maximum de 12 heures par jour est amplement suffisant.

Comment utiliser la cage pour rendre mon chien propre

La méthode de la cage contribue à l’apprentissage de la propreté de votre chiot lorsque vous êtes absent de la maison ou la nuit. Il est évident qu’au début, vous aurez des petits dégâts à nettoyer dans cet espace, mais avec le temps votre animal n’aimera pas dormir dans son urine ou ses excréments et apprendra à se retenir jusqu’à votre retour. Voici quelques consignes qui vous aideront à atteindre votre objectif :

  • Idéalement, choisissez une cage grillagée en métal comprenant un plateau en plastique et un séparateur, ce qui permet de réduire la grandeur de cet espace. Prenez également en considération la taille future de votre chien une fois adulte, pour vous procurer dès maintenant la bonne grandeur de cage.

  • Installez le plateau en plastique dans la cage afin de procurer à votre animal une assise solide et assez confortable. Habituellement, le plateau s’insère en dessous du grillage afin de ramasser l’urine et les excréments plus facilement, mais il n’aidera pas votre chien à devenir propre. De plus, le grillage ne constitue pas un sol très confortable pour votre chien.

  • À l’aide d’un séparateur, adaptez la grandeur de la cage à la grosseur de votre chiot. Il doit avoir un espace suffisamment grand pour se retourner et se coucher. Si vous lui laissez la grandeur maximale de la cage, votre chiot s’habituera effectivement à faire ses besoins soit au fond, soit à l’entrée de la cage et dormira à l’autre bout. Au fur et à mesure que votre animal grandira, vous pourrez par la suite ajuster la grandeur de la cage avec le séparateur.

  • Tant et aussi longtemps que votre chiot ne sera pas propre, je vous conseille fortement de ne rien mettre dans sa cage. Évitez les jouets, couvertures, bols d’eau ou de nourriture avec lesquels votre chien pourrait se défouler et s’exciter. Le fait de gruger et de se défouler sur ces objets activerait son système et produirait inévitablement un petit dégât. Lorsqu’il sera propre, par contre, vous pourrez ajouter à votre guise jouets et couvertures.

  • En cas de dégât dans la cage, ne réprimandez jamais votre chien. Cela ne sert à rien, il est trop tard, le chien ne fera pas le lien malgré son air piteux. Nettoyez le dégât lorsqu’il n’est pas avec vous avec de l’eau chaude et du vinaigre blanc comme pour le reste de la maison.

Une litière pour mon chien

Les chiens de petite race peuvent très bien s’habituer à faire leurs besoins dans une litière comme les chats. Certaines personnes âgées ou à mobilité réduite optent souvent pour cette solution, car elles ne peuvent malheureusement pas sortir leur chien à plusieurs reprises au cours de la journée. Et si cette méthode n’est pas tout à fait naturelle pour le chien, il peut par ailleurs très bien s’en accommoder.

  • Choisissez un contenant assez grand pour qu’il se sente à l’aise et soit en mesure de l’enjamber facilement. Vous pouvez installer au fond du récipient des pipis pads – de petits tapis absorbants en plastique –, du papier journal, ou encore de la petite poussière de roche.

  • Choisissez un emplacement adéquat pour le bac à litière de votre chien, idéalement pas trop près de son endroit de prédilection comme sa cage, son panier ou son coussin. Le chien n’aime pas faire ses besoins à côté de son lieu de repos.

  • Afin d’habituer votre chiot à son bac à litière, placez-le dessus immédiatement après qu’il ait mangé, joué ou dormi. Surveillez également les signaux qu’il peut émettre, comme flairer et tourner en rond, ce qui indique qu’il s’apprête à faire ses besoins. Et bien sûr, n’oubliez pas de le féliciter chaleureusement !

  • Ne vous découragez pas si votre chiot n’arrive pas à utiliser sa litière du premier coup. Certains d’entre eux sont en effet un peu réticents à faire leurs besoins avec cette méthode. Donnez-lui plutôt le temps de s’y habituer. Soyez patient et n’utilisez pas un ton autoritaire, qui n’aiderait pas votre cause. Laissez votre chiot flairer et inspecter les lieux. Si au bout d’environ cinq minutes rien ne se passe, faites une pause, puis reprenez quelques minutes plus tard.

CONSEIL

Si, des efforts de plusieurs semaines pour rendre Toutou propre s’avèrent infructueux alors qu’il a déjà entre quatre et cinq mois, d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Je vous conseille dans cette situation de faire une petite visite chez votre vétérinaire, afin d’obtenir un bilan de santé complet de votre animal et de vérifier si ses reins fonctionnent adéquatement ou s’il a une autre maladie comme le diabète. Il arrive aussi que la qualité de nourriture donnée ne convienne pas à votre chien. Un simple changement pourra alors faire une grande différence.

Annick VanCraenen

Éducatrice canin

Toutanima services animaliers

www.toutanima.com

annick@toutanima.com

Articles récemment parus :

Comment choisir son chien ?

Comment choisir son chien, la suite

Comment choisir son chien, partie III

#chien #animauxdecompagnie #éducation

Toutanima, Annick VanCraenen, éducatrice canin, Candiac, Rive-Sud